For the living, life. For the dead, the hunger that never ends.

Hunger – Melvin Burgess
Edition Hammer
Publié le 16 janvier 2014
(première édition le 17/01/13)
14.64€


« He seemed to have grown to twice his previous size in his rage. He howled and roared and pawed the ground, the eyes in his head rolling in fury. […] Enraged, he* leaped forward and attacked the first thing he saw, which happened to be a bookshelf. » – Melvin Burgess (*pronom changé afin d’éviter les spoilers)


Beth vit en colocation avec son frère Louis, sa meilleure Coll et Ivan le meilleur ami de son frère. Tous les quatre sont étudiants est la seule chose qui les préoccupe vraiment est de savoir qui a bu toutes les bières. Enfin, jusqu’à ce que Beth se réveille couverte de bleus et de terre, avec sous son lit la présence d’une étrange brique qui date du 17e siècle. Très vite ils vont se retrouver avec un démon, un vampire et une hyène aux trousses, qui n’ont pas l’air de vouloir mourir.


Bon par où commencer?
J’ai choisi ce livre car il faisait partie de la sélection « à lire » de ma bibliothèque. Le titre est la couverture était intrigante et la quatrième de couverture annoncait une histoire de zombie. De plus ce livre était classé dans le genre horreur, alors je me suis dit, tiens pourquoi pas?

Qu’elle ne fut pas ma déception quand je me suis aperçut que 1/ ça ne parlait pas du tout de zombies, 2/ ça ne faisait absolument pas peur et que 3/ c’était très très mal écrit.
Du coup, oui j’avoue j’ai eu énormément de mal à lire ce livre jusqu’au bout. Après 90 pages j’hésitais même à mettre un terme à ma lecture. Mais bon, j’aime pas faire ça, car après tout on ne sait pas, l’histoire peut prendre un virage à 90° et devenir parfaite

Vous vous en doutez certainement, ce n’est pas vraiment le cas pour ce livre. Cependant j’ai réussi à le finir, et au final je l’ai lu plutôt rapidement. Ce livre aurait pu être tellement mieux si l’auteur l’avait abordé différemment. Au lieu de ça on se retrouve avec une histoire pas du tout crédible (et oui on peut parler de démons, vampires etc et être crédible un minimum!)  qui fait plus rire que peur tellement c’est ridicule à certains moments (cf la citation que je vous ai mis au dessus du résumé…). Et en plus de ça, on a le droit à des personnages qui continuent leur petites vies comme si de rien n’était, ainsi ils vont à des soirées, regardent des films etc alors qu’ils ont juste un espèce de démon qui veut tous les tuer. Et quand certains de leurs proches meurent, ils n’ont pas l’air plus affecté que ça, ils continuent même à leur reprocher des choses, pour le respect on repassera hein. Et puis le tout était tout de même bien loufoque, exemple: je me suis fait mordre par un démon je vais donc me transformer en une créature maléfique, que faire? simple, je vais vite rincer ma morsure à l’eau et ni vu ni connu :))) (je n’exagère pas, c’est bien ce qu’il se passe dans le livre).

Que dire d’autres? Il y a un aspect du livre que je n’ai pas du tout apprécié, il s’agit de la présence de la religion. Louis est très croyant et nous casses constamment les pieds par rapport à ça. Mais quand sa mère lui dit que Dieu n’existe pas, il la croit sur parole et cesse toute pratique religieuse. Ce passage la m’a vraiment laissé dubitative et franchement j’aurais davantage apprécié si ce livre ne parlait pas du tout de religion en fait, parce que ouais on s’en fout.  Aussi je n’ai pas aimé la fin, car pour moi elle est bâclée, et le tout est bien qui fini bien je n’y accroche pas trop..

*
**
*

En conclusion, je dirais que ce livre aurait pu me plaire (même s’il ne parle pas de zombies) car l’histoire en elle même est plutôt bien trouvée mais elle est tellement mal développée, que c’est juste dommage quoi. Un tel potentiel gâché par une mauvaise plume…J’ai quand même lu des fanfictions rédiger par des gens de 14 ans de bien meilleure qualité pour tout vous dire…C’est le seul livre de Melvin Burgess que j’ai lu et j’espère que tout ses livres ne sont pas si mauvais quoi, car apparemment ce monsieur aurait tout de même écrit Billy Eliott.. Sinon, encore une fois, ce livre n’a pas sa place dans la catégorie horreur, mais plutôt dans la catégorie comédie en fait. M’enfin j’ai tout de même lu des critiques très positives sur goodreads, où les gens disaient avoir eu peur de A à Z, alors soit ils ont un problème, soit je suis devenue insensible à tout ça? je blâme the walking dead mdr. Quoiqu’il en soit, je sais pas si je vous recommanderais ce livre, si vous du temps libre et que le livre se trouve à côté de vous, lisez le, au pire vous rigolerez bien.

Note finale: 2/5

Difficulté VO: niveau 2, faisable mais quelques passages ou mots compliqués peuvent gêner votre lecture.

N’hésitez pas à me laisser vos avis, aussi si vous avez des livres du genre horreur à me recommander je suis preneuse!

Love always, Marie xx

Publicités

Une réflexion sur “For the living, life. For the dead, the hunger that never ends.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s